Royalistes.Net

La Contre-Révolution vs La Gouvernance Mondiale


Poster un commentaire

ATTENTATS BRUXELLES – ÉTAT D’URGENCE – DICTATURE EN MARCHE

Publicités


Poster un commentaire

Maris, aimez vos femmes comme le Christ !

Femmes, soyez soumises à vos maris ! Maris, aimez vos femmes comme le Christ !

S. Paul a la réputation d’être misogyne parce qu’il demande aux épouses d’être soumises à leur mari. (Col 3.18 ; Tt 2.5 ; Ep 5.22 ). Mais S. Pierre demande la même chose (1P. 3.1, 5). Comment comprendre ces versets aujourd’hui où le féminisme a tellement influencé les psychologies et la société toute entière ?

Pour comprendre ce que veulent dire S. Pierre et S. Paul, et qui est si important, il faut partir du principe même de l’homme et de la femme, c’est-à-dire de Dieu En la Trinité, chaque personne est Dieu et toutes les trois ensemble sont l’unique et même Dieu. Chaque personne, tout en étant avec les deux autres le même et unique être divin, a Sa propre personnalité, Sa propre façon d’aimer. Ainsi le Père seul engendre le Fils, et seul le Fils est engendré du Père, comme seul le Saint-Esprit procède du Père et du Fils.

L’homme et la femme créés à l’image de Dieu réfléchissent ce jeu des relations trinitaires. Nous lisons au livre de la Genèse que la femme a été tirée du côté d’Adam (Gn 2.21+), qu’est-ce à dire sinon que la femme joue dans l’amour le rôle que le Fils joue dans la Trinité en Se recevant du Père ? La femme se reçoit de son mari comme le Fils Se reçoit de Son Père, et elle doit aimer son mari comme le Fils aime dans l’éternité le Père. Et comment dans le temps Jésus nous a-t-il montré qu’Il aimait le Père dans l’éternité ? En renonçant à Sa volonté propre, pour faire celle de Son Père. Ainsi, l’épouse est appelée à incarner l’amour en faisant le moment venu le sacrifice de sa propre volonté, comme le Christ.

Telle est la façon particulière des épouses d’aimer : imiter, incarner l’amour du Fils pour le Père. Or, je le répète, le Fils n’est en rien inférieur au Père parce quIl est le Fils. Ils sont ensemble l’unique et même Dieu (Jn 10.30).

Certes, cela ne veut pas dire que le mari a le droit de demander à sa femme n’importe quoi ! St Paul précise aussitôt : « Maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l’Eglise. » (Ep 5.25). Et comment le Christ a-t-il aimé l’Eglise ? Jusqu’à donner Sa vie pour elle !

Chacun doit jouer son rôle, qui est différent pour chacun. Le mari est la tête et l’épouse le coeur de ce « nous » réalisé par leur amour réciproque. Une tête sans coeur est inhumaine, et un coeur sans tête fait n’importe quoi. Un être qui a deux têtes est un monstre, et toute communauté divisée court à sa ruine, ainsi la femme réalise l’unité de sa famille par le sacrifice qu’elle fait de sa volonté propre à son mari. Et non seulement elle donne ainsi à son mari la preuve d’amour dont il a besoin pour jouer son rôle d’époux et de chef de famille, mais encore elle apprend aux enfants, par son obéissance, à obéir à leur père… Service irremplaçable rendu aux enfants comme à la société, tant il est vrai quil n’y a de salut que par l’obéissance ! Voilà pourquoi tant de familles n’arrivent plus à se former : elles sont empoisonnées par le féminisme qui a fait croire aux femmes qu’elles avaient à se réaliser en s’opposant à leur mari, à revendiquer à leur encontre leur dignité dans l’égalité des rôles, au lieu d’accepter leur différence et sa beauté pour en faire la si merveilleuse offrande !


Poster un commentaire

Un pape censuré par les médias

La petite phrase du pape François évoquant une véritable « invasion arabe » en Europe a été aussitôt reprise par les agences. L’affirmation était sans doute bien ciblée, puisque exprimée dans le contexte particulier d’une conversation avec un groupe de députés socialistes français en visite à Rome !

Mais l’idée principale du pape lors de cet échange avec des idéologues du sans-frontières était – une fois de plus – que l’Europe ne doit pas perdre son identité. François demandait alors que le continent européen soit capable de « défendre le trésor de mémoire qu’il a accumulé »…

Les termes les plus significatifs utilisés par le pape autour de la migration n’ont jamais été repris par les médias

Toutefois, les termes les plus significatifs utilisés par le pape autour de la migration, et qui n’ont évidemment jamais été repris par les médias, sont ceux de la mi-janvier :

« celui qui est accueilli a le devoir de respecter les valeurs, les traditions et les lois de la communauté qui l’héberge ».

Auparavant le pape François affirmait clairement que « les migrants contribuent au bien-être de tous lorsqu’ils assument la responsabilité de leurs devoirs envers ceux qui les accueillent, en respectant le patrimoine matériel et spirituel du pays hôte, en obéissant à ses lois et en contribuant à ses charges. »

Ces propos ne font en fait que reprendre textuellement le § 2241 du « Catéchisme de l’Eglise catholique », document officiel où l’on peut lire :

« Les autorités politiques pourront – en vue du bien commun – subordonner l’exercice du droit d’immigration à diverses conditions juridiques, notamment concernant le respect par les migrants de leurs devoirs à l’égard du pays d’adoption ».

Est-il vraiment surprenant de constater que ce genre d’avertissement ne peut pas trouver place dans le discours dominant ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez pour Dreuz.info.


2 Commentaires

Philippe de Villiers : « Jeanne revient comme pour nous dire la France n’est pas morte ! »

Le Puy du Fou vient de reprendre l’anneau de Jeanne d’Arc aux Anglais. Philippe de Villiers raconte le retour symbolique sur notre terre de celle qui « est dans le cœur de tous les Français »…

 

L’anneau de Jeanne d’Arc

L’anneau de Jeanne d’Arc

Source : http://www.bvoltaire.fr/philippedevilliers/jeanne-revient-comme-pour-nous-dire-la-france-nest-pas-morte,242838