Royalistes.Net

La Contre-Révolution vs La Gouvernance Mondiale

Quand la Grande Loge franc-maçonne l’ « Éclectique » vote l’assassinat de Louis XVI

Quand la Grande Loge franc-maçonne l' « Éclectique » vote l'assassinat de Louis XVI

Quand la Grande Loge franc-maçonne l’ « Éclectique » vote l’assassinat de Louis XVI

A l’issue du convent de Wilhelmsbad, Knigge avait fondé à Francfort le groupe des Eclectiques. Ce groupe n’avait encore que quatre années d’existence, lorsqu’il fut trouvé assez nombreux et assez répandu au dehors pour en convoquer une assemblée générale à la Grande Loge Éclectique. Là, fut résolu l’assassinat de Louis XVI et du roi de Suède.

C’est au grand théâtre de Stockholm que Gustave III fut assassiné par quatre seigneurs de sa cour. Les meurtriers répandirent le bruit que le roi avait été frappé par un révolutionnaire français. Mais bientôt ils furent découverts. Gustave n’avait été que blessé, mais le quatorzième jour il mourut empoisonné, déclara le médecin Dalherg. Le meurtre de Gustave et l’arrivée au pouvoir de son frère étaient préparés de longue date par les loges, ainsi qu’en témoignent les papiers du duc de Sudermanie, ainsi que les procès-verbaux qu’il faisait dresser et qu’il paraphait à la suite des séances de magnétisme maçonnique auxquelles il avait assisté en 1783. La maçonnerie avait mis neuf ans à trouver cinq truands en Suède pour assassiner Gustave.

Le fait est aujourd’hui incontestable : les témoignages abondent. D’abord celui de Mirabeau qui, à l’ouverture des Etats- Généraux, dit en montrant le roi : « Voilà la victime » ; puis celui du comte de Haugwitz, ministre de Prusse, au congrès de Vérone, où il accompagna son souverain, en 1822. Il y lut un mémoire qu’il aurait pu intituler « ma confession ». Il dit que non seulement il avait été franc-maçon, mais qu’il fut chargé de la direction supérieure des réunions maçonniques en divers pays.

C’est en 1777 que je me chargeai de la direction des Loges de Prusse, de Pologne et de Russie.

J’y ai acquis la ferme conviction que tout ce qui est arrivé en France, depuis 1788, la Révolution française, enfin, y compris l’assassinat du Roi avec toutes ses horreurs, non seulement avait été décidé dans ce temps, mais que tout avait été préparé par des réunions, des instructions, des serments et des signaux qui ne laissent aucun doute sur l’intelligence qui a tout préparé et tout conduit.

Que ceux qui connaissent mon cœur intelligence jugent de l’impression que ces découvertes produisirent sur moi.

L’écrit de cet homme d’Etat a été publié pour la première fois à Berlin en 1840, dans l’ouvrage intitulé. Dorrev’s Denkscrifften und Briefen zur charackteristik der wet und Utteratur. (T. IV, p. 211 et 221.) La citation ci-dessus est tirée de Histoire et documents sur la franc-maçonnerie, par le Dr Eckert.

En 1875, le 7 avril, le cardinal Mathieu, archevêque de Besançon, écrivit à l’un de ses amis une lettre qui fut communiquée à M. Léon Pages et publiée par celui-ci. On y lit :

Il y eut à Francfort en 1784, une assemblée de francs-maçons, où furent convoqués deux hommes considérables de Besançon, M. de Raymond, inspecteur des postes, et M. Marie de Bouleguey, président du Parlement. Dans cette réunion, le meurtre du roi de Suède et celui de Louis XVI furent résolus. Le dernier survivant (des deux) l’a dit à M, Bourgon (Président de chambre honoraire à la Cour) qui a laissé une grande réputation de probité, de droiture et de fermeté parmi nous. Je l’ai beaucoup connu et pendant bien longtemps, car je suis à Besançon depuis quarante-deux ans et il est mort assez récemment. Il a raconté souvent le fait à moi et à d’autres.

Mgr Besson, alors vicaire général du cardinal Mathieu et depuis évêque de Nîmes, compléta cette révélation en ces termes :

Je puis confirmer la lettre du cardinal par des détails qui ne sont pas sans intérêt et qui m’ont été racontés souvent à Besançon, non seulement par M. le président Bourgon, mais par M. Weiss, bibliothécaire de la ville, membre de l’Institut et le principal auteur de la Biographie universelle, publiée sous le nom de Michaud. M. Bourgon et M. Weiss étaient des hommes de bien dans toute la force du mot. M. de Raymond vécut jusqu’en 1839. Ce fut lui qui leur révéla le secret des loges sur la condamnation de Louis XVI, à un âge où l’on ne doit plus au monde que la vérité. M. Weiss et M. le président Bourgon citaient encore sur ce sujet les aveux du baron Jean Debry, préfet du Doubs. Franc-maçon, conventionnel et régicide, ce personnage, que les événements avaient éclairé, joua, à Besançon un rôle honorable, dans les douze années qu’il y passa de 1801 à 1814.

Mais voici qui achèvera de convaincre. Dans les premiers jours de mars 1898, le R. P. Abel, Jésuite de grande renommée en Autriche, dans l’une de ses conférences pour hommes données à Vienne à l’occasion du Carême, dit :

En 1784, il y eut à Francfort une réunion extraordinaire de la grande Loge Eclectique. Un des membres mit aux voix la condamnation à mort de Louis XVI, roi de France, et de Gustave, roi de Suède. Cet homme s’appelait Abel. C’était mon grand-père.

Un journal juif, La nouvelle Presse libre, ayant reproché à l’orateur d’avoir ainsi déconsidéré sa famille, le P. Abel dit à la conférence suivante :

Mon père, en mourant, m’a marqué, comme sa dernière volonté, que je m’appliquerais à réparer le mal que lui et nos parents avaient fait. Si je n’avais pas eu à exécuter cette prescription du testament de mon père, daté du 31 juillet 1870, je ne parlerais point comme je le fais.

Le P. Abel est fils du fameux ministre de Bavière dont la carrière mérite d’être rappelée en deux mots.

D’abord libéral, agent du parti prusso-maçonnique, en Bavière, et par conséquent fidèle à la tradition de son père, le franc-maçon de 1784, le ministre Abel se convertit à la suite de la mort de sa femme, et devint ce que les Prussiens appellent un clérical, un ultramontain, car c’est de Prusse que sont sortis ces deux mots, immédiatement adoptés par nos loges. Abel fut renversé en 1847 par la danseuse Lola Montes. Le roi voulait la créer comtesse, et il fallait pour cela un acte d’indigénat, que le ministre refusa de signer. Il fut congédié et remplacé par Maurer, le premier protestant qui fut ministre en Bavière. Son premier acte fut la signature de l’acte demandé.

Blanche Belleroy pour royalistes.Net, d’après : Mgr Delassus : LA CONJURATION ANTICHRÉTIENNE. Le Temple Maçonnique voulant s’élever sur les ruines de l’Église Catholique. http://www.liberius.net/livres/La_conjuration_antichretienne_%28tome_1%29_000000176.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s