Royalistes.Net

La Contre-Révolution vs La Gouvernance Mondiale

La Sainte Bible – Louis-Claude Fillion

bible_fillion_portrait_louis-claude_fillion_gd

Né le 25 juin  1843 à saint Bonnet-de-Joux (Saône et Loire), Mort à Issy (Seine) le 12 octobre 1927.
Il fait ses études au grand séminaire d’Autun où il a l’abbé Vigouroux comme professeur.
Prêtre en 1867, vient à Paris en 1868, Professeur d’écriture sainte à Reims 1871 et à Lyon en 1874.
Nommé professeur d’exegese à l’institut catholique de Paris le 28 juillet 1893.
Nommé consulteur de la commission biblique (du Saint Siège) le 26 janvier 1903.

Ses principaux ouvrages sont :

L’Évangile selon saint Mathieu, Introduction, critique et commentaires (1878),
L’Évangile selon saint Marc, Introduction, critique et commentaires (1879),
L’Évangile selon saint Luc, Introduction, critique et commentaires (1882),
Synopsis Evangelica (Synopses en latin des quatres évangiles) (1883),
L’Évangile selon saint Jean, Introduction, critique et commentaires (1886),
Atlas archéologique de la Bible (1883),
La Sainte Bible commentée d’après la Vulgate (8 volumes, 1888-1895),
Les miracles de Notre Seigneur Jésus-Christ (2 vol., 1909-1910),
Vie de Notre Seigneur Jésus-Christ (3 vol., 1922).

L’Abbé Louis-Claude Fillion a publié plusieurs articles du Dictionnaire de la Bible, dans la revue du clergé français (entre 1895 et 1916) et dans la revue pratique d’apologétique (1906 et 1917).

A partir de 1906, il prend sa retraite à la Solitude, maison de retraite appartenant à la Compagnie de Saint Sulpice, à Issy Les Moulineaux (92).

Il tient en exégèse des positions traditionnelles. Son but est de faire connaître et aimer l’Ecriture au plus grand nombre et cela en dehors du monde des savants. [cf. notice rédigée par Trinquet dans l’encyclopédie Catholicisme, tome IV, col. 1290.]

La Bible de l’abbé Fillion en quelques mots :

Établie entre 1888 et 1904, elle était au départ destinée aux séminaristes et au clergé. Le langage est précis et sans fioritures, avec une lecture traditionnelle des textes bibliques. Elle est traduite du latin d’après la « Vulgate de Saint Jérôme », qui uniformisa pour la première fois, au début du Ve siècle, les versions latines alors existantes en remontant aux véritables originaux hébreux (aujourd’hui disparus) et grecs (les « Septante»).

De grande valeur, la Vulgate est devenue la version latine officielle de l’Église catholique, que le Concile de Trente déclara « absolument exempte de toute erreur concernant la Foi et les mœurs ». L’ordre des livres retenu ici pour l’Ancien Testament est celui de la Bible Hébraïque : Pentateuque, livres prophétiques, autres écrits. Les livres deutérocanoniques sont regroupés à la suite, avant les 27 livres du Nouveau Testament.

 

La Sainte Bible en PDF, c’est ici.

Sur magnificat

La Sainte Bible sur Archive.org

Sur Jésus-Marie

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s