Royalistes.Net

La Contre-Révolution vs La Gouvernance Mondiale

« Soyons des combattants ! » – M. l’abbé Christian Bouchacourt

 

logo-fraternite-sacerdotale-saint-pie

[…] Il y a encore aujourd’hui des persécutions terribles contre les Chrétiens, à commencer en Orient ; mais en Europe, c’est beaucoup plus astucieux, c’est tout aussi dévastateur. En Orient ou dans les pays où l’Église est persécutée, les Chrétiens versent leur sang.

En Europe et en France, non, la persécution, ne verse pas de sang, c’est une persécution sèche : on asphyxie ; on essaye d’éteindre, on étouffe, on assomme telle ou telle association, telle ou telle personne, avec un redressement fiscal pour le faire taire ; et c’est fini. Ou bien alors on détruit sa réputation au travers des médias, et l’affaire est réglée. C’est une persécution sèche, mais qui est redoutable.

[…]Aujourd’hui, l’homme se fait dieu, il devient la référence du Bien et du Mal, du Vrai et du Faux. Avec de tels principes, la Royauté Sociale du Christ tombe complètement en ruines. Ce n’est plus à l’homme de s’adapter au Vrai et au Bien, mais c’est au Bien et au Vrai de s’adapter à l’homme. C’est une inversion complète. Ainsi, vous comprenez que le libéral, en fait, est l’ennemi le plus dangereux de la Royauté Sociale de Jésus-Christ. Et il faut revenir, comme le disait le pape Léon XIII, à la philosophie de Saint-Thomas-d’Aquin :

Je dois vivre dans la dépendance de Dieu, je tiens tout de lui, je dois être soumis aux lois qu’il a posées.

Il faut non seulement revenir à une saine philosophie, mais aussi à une saine Théologie. Au-dessus de l’ordre naturel, il y a l’ordre surnaturel, celui de la grâce que Jésus-Christ, Dieu fait homme, est venu nous apporter. Dieu s’est révélé en nous envoyant son fils qui est la voie. LA VOIE, pas une voie, LA VOIE, LA VÉRITÉ et LA VIE, comme il l’a dit lui-même :

Celui qui croit sera sauvé, celui qui ne croira pas sera condamné.

Il n’a jamais dit :

Oh, suivez votre conscience ! Choisissez comme vous voulez !

[…] Il n’y a pas de salut en dehors de l’Église catholique. Et cette doctrine, vous l’aurez compris, est en complète contradiction avec la liberté religieuse que le dernier Concile a cherché à imposer, et continue à imposer. D’une manière concrète, le Vatican, au lendemain du Concile, a exigé que la religion catholique ne soit plus religion d’État. C’était le cas en Colombie : le nonce est arrivé à persuader le président de la Colombie d’enlever la mention indiquant que l’Église catholique est la religion d’État. Le chef de l’État a fait un discours impeccable, il pleurait, en disant qu’on lui demandait d’enlever la religion catholique comme religion d’État, et après a parlé le nonce, qui a fait un discours maçonnique, irénique : le lendemain de ce changement, les sectes sont arrivées !
[…] Le catholique libéral est l’ennemi le plus dangereux de la Royauté du Christ. Ce libéralisme conduit au laïcisme, et peu à peu, à l’apostasie des États et des individus. L’État doit être neutre par rapport à la religion et cela conduit à l’irréligion. Comme l’homme a besoin d’une religion, on est en train de nous fabriquer une autre religion : le laïcisme. Le ministre Peillon le dit clairement : il faut substituer à l’Église catholique une autre religion : le laïcisme, la religion de la république.
Écoutez le jugement d’un député communiste à l’égard des catholiques libéraux en 1927 :

Quant à vous, démocrates-chrétiens, nous ne vous combattons pas, vous nous êtes trop utiles ! Vous voulez savoir quelle besogne vous accomplissez ? Eh bien regardez-moi. Je sors de chez vous. Avant la guerre, j’étais l’un des vôtres ; depuis, je suis allé jusqu’à la conclusion logique des principes que vous m’avez enseignés. Grâce à vous, le communisme pénètre où vous ne laisseriez pas entrer ces hommes. Dans vos écoles, vos patronages, vos cercles d’études et vos syndicats, donnez-vous beaucoup de peine, tout ce que vous ferez pour vous, démocrates-chrétiens, c’est pour la révolution communiste que vous le ferez !

Le catholique libéral est l’idiot utile.
[…] Comment faut-il procéder pour restaurer la Royauté du Christ ?
Il faut se former, il faut lire, il faut assister à des conférences, il faut écouter les sermons.

Saint Louis disait :

Une église sans bibliothèque, c’est une citadelle sans munition.

Un Chrétien qui ne lit pas est prêt à tous les reniements. Il faut lire, sinon nous nous installons dans un sentimentalisme diluant.
Le cardinal Pie, grand évêque de Poitiers, disait :

C’est sur la doctrine que se gagnent ou se perdent les batailles qui décident de l’avenir.

Il est important de connaître la vérité avant de dénoncer l’erreur.

[…] Pourquoi les restaurations ont-elles échoué au lendemain de la Révolution ? Parce que les principes de la Révolution n’avaient pas été totalement remis en cause.

[…] Il faut connaître la vérité pour l’aimer et la répandre autour de vous.

[…] Nous ne sommes pas des résistants acculés à un mur, nous sommes des combattants persuadés qu’un jour, nous aurons la victoire, avec la grâce de Dieu.

Alors, soyons généreux :

Qui sème chichement moissonnera chichement, qui sème largement moissonnera largement.

saint Paul

[…] La question à se poser est : « qu’est-ce que je peux faire, avec les qualités que Dieu m’a données, pour servir Dieu, l’Église et ma Patrie » On a besoin de professeurs, de médecins, d’infirmières catholiques, on a besoin d’une élite catholique. Que ces jeunes s’engagent dans l’enseignement ; l’enseignement c’est une chose merveilleuse et nos ennemis l’ont parfaitement compris, puisqu’ils l’occupent complètement. L’Éducation Nationale est complètement phagocytée par eux.
[…] Nous devons être convaincus qu’un jour, Dieu nous donnera la victoire.
[…] Je vous supplie de croire que la Fraternité Saint-Pie X n’abandonne pas le combat ! N’écoutez pas les oiseaux de malheur ! Nous faisons tout ce que nous pouvons pour conquérir les âmes. Cela prend du temps, cela est difficile, c’est vrai.
Le jour où la Fraternité vous dira : « Le Concile, après tout, ce n’est pas si mal que ça. La nouvelle messe ? Si elle est en latin, et qu’elle est bien célébrée, allez-y ! La liberté religieuse, nous l’avons mal comprise, il faut effectivement moduler tout ce qu’on a dit. » Alors là, fichez le camp et abandonnez la Fraternité le plus vite possible ! Mais nous n’en sommes ABSOLUMENT pas là, grâce à Dieu ! Et je suis parfois inquiet de voir certaines personnes qui viennent dans le virtuel :
– « La Fraternité va trahir ! »

– VA ! VA ? Dites-moi où ? Donnez-moi un exemple ! Est-ce que vos prêtres se taisent ?

– « Non… mais elle pourrait… »

– Avec ça, on est beau !
[…] Je vous en supplie, n’écoutez pas ce que raconte Internet ! On donne autant de crédit à ce qui se raconte sur Internet, via des personnes sous pseudonymes, qu’à ce que dit Mgr Fellay ! Il faut que le district retrouve son unité. Les prêtres de la Fraternité veulent combattre. Ne croyez pas ce qui se raconte : quand vous voyez les fruits de cela, c’est la division, c’est la marque de Satan ! La division, le découragement, l’abandon de l’apostolat, « tout est foutu ! ». Alors, on voit les meilleures des personnes arrêter tout. Non ! Je vous assure, nous, avec vous tous, nous combattons ! Et continuons à le faire. Faites confiance à vos prêtres, et si vous avez des doutes, ce qui peut être parfois légitime, eh bien parlez-en au prêtre, mais donnez-lui votre confiance.

Je terminerai par cette citation de l’imitation de Jésus-Christ :

Soyez donc prêts au combat, si vous voulez remporter la victoire, on ne peut obtenir sans combat la couronne de la patience, et refuser de combattre, c’est refuser d’être couronné. Si vous désirez la couronne, combattez courageusement, souffrez avec patience, on ne parvient pas au repos sans travail, ni sans combat, à la victoire. Dieu ne laissera sans récompense aucune peine, même la plus légère, qu’on aura soufferte pour lui.

Alors, mes amis, combattons avec courage. Avec l’aide de Dieu ! Avec l’aide de la Vierge Marie, qui est forte comme une armée rangée en bataille. Restons unis dans la vérité et dans la charité. Alors je vous garantis, que au bout, il y aura la victoire.

Merci à tous. »

Transcription Blanche Belleroy pour D.R.

Vous souhaitez entrer en contact avec la FSSPX

Par courrier

FSSPX
11 rue Cluseret
92280 SURESNES CEDEX

Par Email

webmaster@laportelatine.org

Par téléphone

01 45 06 10 68

Par fax

01 47 28 45 32

http://laportelatine.org/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s